Métisse. Et alors ?
Poèmes et illustration de couverture :
Patricia Houéfa Grange
Éditions Mariposa, 2014
(En cours de refonte)

 

Mon visage est caramel

Il n’appartient pas à un monde
Il appartient au monde

Je refuse d’être Noire et je ne suis pas Blanche
Je suis au confluent des traditions des Hommes
Je suis le carrefour de l’harmonie des Peuples
Je n’ai pas de culture Je suis toutes les Cultures

Extrait du poème Nid d’ici Née ailleurs

« Ma quête d’identité : une quête de celles et ceux que j’emplirai et qui me peupleront. »
Vincent Cespedes

Existe-t-il une ou des définitions à l’identité métisse ? Un métis est-il un être acculturé ou multiculturel ? Doit-il jouer des diverses facettes de ses origines pour se construire une personnalité ou doit-il choisir un camp, nier une partie du sang qui coule dans ses veines ? Quelle patrie peut-il revendiquer ?
A l’ère de la multiplication des voyages, des migrations et des échanges internationaux instantanés, ne serions-nous pas tous plus ou moins « métis » ? Notre vie, notre travail, nos repas, nos mots ne sont-ils pas tous plus ou moins marqués par des influences « étrangères » ?
Pouvons-nous, aujourd’hui, nous définir par rapport à UN territoire, à une zone géographique UNIQUE ?

Le mot « métissage » est aujourd’hui utilisé à tort et à travers, érigé en piédestal sur l’autel de l’avenir. Cela n’a pas toujours été le cas. Aux origines, le métis désignait un enfant hybride, issu d’une union jugée honteuse et menaçant l’ordre établi entre les catégories raciales. Dans le climat actuel de crise, de montée des extrêmes, de repli identitaire et de renforcement des frontières, quel sens peut bien avoir le mot « métis » que l’on parle de métissage ethnique ou de métissage social, culturel ?

Je suis métisse. Oui, et alors ? Qu’est-ce que cela veut dire pour moi ? Je n’ai toujours pas de réponse définitive. Je pense qu’être métis, c’est être en mouvance. Etre toujours prêt à déplacer ses propres frontières …

Ce sont ce cheminement et cette exploration, qui s’exposent en poèmes dans ce recueil.

Compte-rendu de lecture de Georges Voisset dans le numéro 13 de la revue Pantouns (Hiver 2014)
Recension par Monique Mérabet sur son blog Patpantin (La Réunion, France) (Août 2014)

1 réponse

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] Tissages, ma création solo, mise en voix, espace et mouvement de textes extraits de mon recueil Métisse. Et alors ?Dans le cadre de cette journée du 10 mai, journée nationale des mémoires de la traite, de […]

Les commentaires sont désactivés.