Un paradis portatif
Roger Robinson
Traduit de l’anglais (Royaume-Uni/Trinidad)
L’Arbre de Diane, octobre 2022
[Titre d’origine : A Portable Paradise, publié par Peepal Tree Press (Leeds) en 2019]
(cliquer pour agrandir)

Dans la nuit londonienne, la Tour Grenfell brûle tel un symbole et un signal d’alarme des injustices sociales. Roger Robinson part de ce drame pour évoquer l’exil, la génération Windrush et sa difficulté à faire reconnaître sa citoyenneté britannique, les problématiques identitaires des deuxième et troisième générations. Il rappelle l’Histoire des Afro-britanniques – esclavage, colonisation, migration – pour expliquer les racines des maux, tout en appelant la jeunesse à ne pas en rester prisonnière. Le poète s’interroge également sur le chez-soi, qu’il choisit de tisser au long du chemin de vie en un paradis portatif. En musicien, chef d’orchestre et metteur en scène aguerris, Roger Robinson joue habilement avec les rythmes et les compositions pour inventer un style hybride qui fusionne reportage et poésie. Malgré le ton mordant du poète, ce recueil est un baume qui, devant l’impuissance et l’injustice, place l’humanité et la bienveillance. Il y diffuse, en syncopes, un optimisme grinçant ou une ironie radieuse. De ce sarcasme qui fait le sel de l’œuvre, l’arrière-goût n’est pas l’amertume, mais la suavité.

Patricia Houéfa Grange

Le livre est publié en version bilingue.

Présentation complète et biographies sur le site de la maison d’édition.
Présentation et expérience de traduction à travers la série « Traduire le paradis » sur mon blog.